TECHNOCENTRE LAVALTRIE : RECRÉER LA SILICON VALLEY SUR LA RUE NOTRE-DAME
17 mai 2019
EN ROUTE VERS LA MOBILITÉ DURABLE
17 mai 2019

FAIRE POUSSER LES INNOVATIONS

Point Inc. Édition N°5 – Printemps 2019

Étienne Dupuis

 

Terreau fertile pour l’innovation agroalimentaire, la région de Lanaudière peut compter sur un allié de taille avec le centre de recherche Bio.Enviro.In.

 

Avril 2018. Le Centre d’expertise et de formation en technologies alimentaires (CEFTA) du Cégep régional de Lanaudière à Joliette devient le centre de recherche Bio.Enviro.In. S’il concentrait auparavant ses efforts de recherche sur la transformation alimentaire, le département travaille maintenant à favoriser l’essor d’entreprises bioalimentaires et horticoles dans la région dans une perspective de développement durable et d’économie circulaire.

« Lanaudière est une des grandes régions agricoles au Québec, explique d’emblée la coordonnatrice du centre de recherche Bio.Enviro.In, Samira Chbouki. Les agriculteurs se tournent de plus en plus vers des entreprises locales et vertes pour trouver des solutions pour améliorer leur production. »

C’est pour aider ces petites et moyennes entreprises régionales à développer leur mise en marché que le centre Bio.Enviro.In a élargi ses champs d’intérêt. «Nos recherches touchent maintenant à tout le spectre de l’alimentation, de la production agricole à la revalorisation des résidus en passant par la transformation. »

La docteure en production végétale ajoute que les projets et les innovations poussent à grande vitesse dans Lanaudière. Récemment, le centre Bio.Enviro.In a travaillé avec l’entre – prise Lab’eau-air-sol afin d’évaluer l’efficacité de capteurs de spores destinés à l’industrie serricole. Cette technologie permet de caractériser la charge des champignons nuisibles aux cultures. «Pour rationaliser l’utilisation des pesticides, on doit déterminer les moments opportuns pour les appliquer », mentionne celle qui enseigne au Cégep régional de Lanaudière à Joliette depuis douze ans. Elle ajoute que les tests menés de concert avec Lab’eau-air-sol ont été très concluants.

Le centre de recherche a également collaboré au projet pilote de revalorisation de la matière organique du Centre hospitalier de Lanaudière (CHDL). «L’hôpital déshydrate 80% des résidus organiques de son service alimentaire et ça produit une poudre, explique Samira Chbouki. Dans le but de sortir ces résidus des sites d’enfouissement, les dirigeants du centre hospitalier nous ont demandé de trouver des utilités pour ce produit. »

Les tests menés par Bio.Enviro.In ont permis de déterminer que la poudre constituerait un excellent fertilisant pour la laitue, les épinards et les radis et une bonne source d’alimentation pour certains petits animaux. À la suite de ces expérimentations, plusieurs entreprises ont décidé de mener leurs propres tests sur la poudre produite par le CHDL. D’autres centres hospitaliers ont également décidé d’emboiter le pas et de mettre en place des projets semblables. «C’est un excellent exemple d’économie circulaire dans la région», s’enthousiasme l’enseignante.

Pour Samira Chbouki, effectuer des tests pour des entre – prises locales innovantes, c’est avantageux tant pour les entreprises que les étudiants.

« Ça permet à nos étudiants d’apprendre en résolvant des problèmes tangibles, soutient-elle. D’un autre côté, ça permet aux entreprises de voir nos étudiants à l’œuvre et souvent de résoudre leur besoin de main-d’œuvre. »

Avec les nombreux projets à venir au centre de recherche, les besoins en main-d’œuvre qualifiée dans l’industrie agroalimentaire ne tariront pas dans Lanaudière. De nombreuses entreprises sollicitent l’expertise de l’équipe de recherche de Bio.Enviro.In. «Nous nous attaquerons aux cultures émergentes dans les prochaines semaines. Nous voulons trouver des façons de les adapter au climat lanaudois », conclut Samira Chbouki.

TROIS ENTREPRISES LANAUDOISES INNOVANTES QUI SE DÉMARQUENT DANS L’INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE
INTELIA

L’entreprise de Joliette a développé une plateforme d’ana – lyse de données qui utilise l’intelligence artificielle pour aider les producteurs avicoles à optimiser leur production. Leur produit est actuellement utilisé au Québec, dans le reste du Canada et aux États-Unis.

AGRO-100

Agro-100 est une entreprise qui se spécialise dans le développement, la fabrication et la commercialisation d’intrants agricoles de haute technologie. Les produits développés par l’entreprise joliettaine utilisent des matières résiduelles et sont distribués dans plusieurs pays à travers le monde.

LES INDUSTRIES HARNOIS

De son usine de Saint-Thomas, l’entreprise conçoit et fabrique des serres de haute technologie qui sont installées aux quatre coins de la planète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *